Les chemins de Compostelle


  De­puis le IXème siè­cle, un des prin­ci­paux pè­le­ri­na­ges chré­tiens con­duit à la ba­si­li­que Saint Jac­ques de Com­pos­tel­le où, dans la cryp­te, une ur­ne con­tien­drait les re­li­ques de l'apô­tre Saint Jac­ques. Quatre chemins "officiels" conduisent au sanctuaire espagnol au départ de la France : la Via Podiensis (départ au Puy en Velay), la Via Turonensis (départ à Paris et passant par Tours), la Via Tolosane (départ en Arles et passant par Toulouse) et enfin la Via Lemovicensis (départ à Vézelay et passant par Limoges). Ce dernier chemin traverse donc le Morvan dans ses premières étapes.

Les pèlerins se rassemblent tout d'abord à la chapelle de La Cordelle à Asquin ou Saint Père au pied de la "colline éternelle". Le point de départ du pèlerinage est la basilique de la Madeleine dont la crypte abrite les reliques de Sainte Madeleine. Dès le départ celui-ci est scindé en deux itinéraires possibles se rejoignant au nord-est de Limoges.

Le premier, le plus au nord, quitte Vézelay par la route de Clamecy jusqu'au village de Chamoux et prend ensuite la direction de la Maison-Dieu, village situé sur la route de Lormes à Clamecy. Il contourne alors le Morvan par l'ouest en traversant Asnois et Tannay. Le second, par la route de Corbigny, se dirige vers Pierre-Perthuis où les pèlerins avaient la possibilité d'entendre la messe dans la chapelle de l'ancien château. Il continue vers Bazoches et la chapelle Saint Roch puis Lormes. Les pèlerins se dirigent ensuite vers Corbigny, Saint Révérien et Nevers.

Le pèlerinage à Saint Jacques de Compostelle est codifié depuis quelques dizaines d'années, le pèlerin pouvant faire valider à chaque étape un carnet (la Créanciale) qui lui permet, à son arrivée, d'obtenir la Compostella, la preuve du pèlerinage.


contact