Les lacs du Morvan

Il y a quelques années le Syndicat d'Initiative de Lormes (ancêtre de l'Office de Tourisme) décrivait la ville comme étant "au centre des lacs". Ceux-ci, toujours artificiels, sont en effet nombreux aux environs. Leur rôle est double : Tout d'abord pour les premiers construits, il s'agissait d'accumuler l'eau qui devait créer le "flot" pour le flottage à bûches perdues. Pour les plus récents, le but est de réguler le débit capricieux de l'Yonne, et donc de la Seine, et éviter ainsi les crues dévastatrices de l'hiver (dont la plus célèbre à Paris est celle de janvier 1910).

Le Morvan compte officiellement "six grands lacs" présentés ici. Depuis 2010, l'étang du Goulot à Lormes intégré dans le Pôle d'Excellence Rurale des Grands Lacs du Morvan est considéré, un peu par abus de langage, comme le septième.

Chamboux

Créé en 1985, le lac de Chamboux en Côte d'Or est à la fois le plus récent et le plus petit des "grands lacs" du Morvan.

Retenant les eaux du Ternin il est situé sur les communes de Champeau en Morvan et Saint Martin de la Mer. Sa superficie de 75 ha se répartie en trois plans d'eau. Tout comme celui de Saint Agnan, le barrage peu spectaculaire est constitué d'éboulis de roches et de terre. Sa fonction identique est d'alimenter en eau les communes avoisinantes. Une promenade à pieds permettant d'en faire le tour au plus près a été aménagée.

 

Chaumeçon

Le Réservoir de Chaumeçon, juste avant Brassy, est le plus proche de Lormes. Construit en 1935, le barrage retient les eaux du Chalaux, un affluent de la Cure. Il forme une retenue de 135 ha contenant dix-neuf millions de mètres cubes d'eau. Régulateur indirect du débit de l'Yonne, il sert également à produire de l'électricité.

Le Crescent

Situé au nord de Lormes ce lac d'une surface de 165 ha doit son nom étrange à sa forme de "croissant".

Construit en 1930, les travaux furent financés par les dommages de guerre (Indemnité due par l'Allemagne après la Première Guerre Mondiale). Le barrage de type "poids" retient à la fois les eaux de la Cure et du Chalaux. Comme la plupart des lacs du Morvan, il est équipé d'une petite centrale électrique et des activités nautiques se sont développées sur ses rives.

Pannecière

Curieusement un des plus récent grands lacs du Morvan est celui dont l'orthographe est la plus incertaine : on trouve Pannecière, Pannesière, Pannessière. Parce qu'il faut bien faire un choix, j'ai pris celle retenue par l'Institut Géographique National. D'une superficie de 520 ha, il est retenu par un imposant barrage long de plus de 352 m et haut de 49 édifié entre 1939 et 1949 alimentant une centrale électrique. De type "à voutes multiples et contreforts", il alimente une centrale électrique. Il permet surtout de réguler le débit de l'Yonne, en particulier grâce à un deuxième lac dit "de compensation". Une route permet d'en faire le tour et le tourisme s'est également développé sur ses berges.

Une maquette réalisée en 1939 afin d'effectuer des tests et de présenter le projet à la population a été restaurée en 2013.

 

Saint Agnan

Le barrage de Saint Agnan, situé à l'est du Crescent, édifié en 1970 est, sans doute, avec Chambloux une des retenues les moins connues du Morvan.

Construit en arène granitique (et non pas en béton), il est beaucoup moins spectaculaire que les autres barrages du Morvan. Il retient les eaux du Trinquelin (nom local du Cousin). Son rôle est essentiellement d'alimenter en eau potable les communes des environs.

 

Les Settons

C'est, chronologiquement, le premier des lacs du Morvan. Il fut créé sur la Cure, un affluent de l'Yonne, en 1861 pour le flottage. Son nom vient du patois morvandiau cheutons qui désignait la maigre végétation occupant alors le fond de la vallée. Sa superficie est de 367 ha. Il est retenu par un barrage "poids" en granit long de 267 m. Situé près de Montsauche au sud-est de Lormes à 586 m d'altitude, il est aussi le plus connu. Ses berges ont été aménagées et le tourisme s'y est développé avec l'installation de campings, hôtels et plus récemment d'une base de loisirs. Les sportifs peuvent y pratiquer le ski nautique, la voile, la planche à voile, sans oublier la pêche.

De nombreux autres petits barrages formants des étangs peuvent être découverts à l'occasion d'une promenade. Ils sont toujours un lieu de calme et de repos.

contact